815 views 0 comments

Test Beyond Two Souls sur PS3

by on 23 novembre 2013
 

 Beyond Two Souls – PS3

454750

Aimer les jeux de Quantic Dream, c’est comme préférer Mario à Sonic, Sega à Nintendo, Sony à Microsoft ou appartenir à un partir politique. Et les goûts ça ne se discute pas, même si les arguments sont là. Le test qui va donc suivre sera le plus objectif possible, mais avec des créations de ce genre, il est difficle de ne pas être subjectif.

Dans tout les cas, si je devais vous décrire le jeu en une phrase, elle serait la suivante : « Beyons Two Souls, c’est une expérience à vivre, qu’on aime ou qu’on aime pas. »

Après The Last of Us, les possesseurs de PS3 pourront profiter de ce titre exclusif à la console de Sony.
Parlons d’abord un peu de Quantic Dream, qui est une studio français dirigé par David Cage et qui produit des « jeux vidéos » a la limite entre le jeu et le film. Et c’est ce qui fait débat chez les gamers, avec pour Beyond Two Souls, un gameplay encore plus dirigé que sur Heavy Rain, dernier jeu en date du studio  parisien. Le jeu étant à la limite du film, les gamers critiquent le manque de liberté et le gameplay qui est plutôt délaissé, et en effet, la réalité est qu’on se rapproche de plus en plus du film interactif. Et payer 60€ pour un « film », certains ne l’acceptent pas.

Mais d’un autre côté, les productions de Quatic Dream ont un scénario en béton et sont même joués en motion capture par de vrais acteurs : Ellen Page et William Dafoe respectivement dans le rôle de Jodie et Nathan. Et vous ne tarderez pas à remarquer les réels talents des acteurs dans la peau de leurs personnages, avec des expressions de visages, des intonations de voix et de la gestuelle impressionnante. Rajoutons à ça la modélisation des personnages qui est poussée très loin.

BeyondTwoSouls

Tout au long des 26 chapitres proposés pas le jeu, mêlant sont enfance, son adolescence et jeunesse, nous suivrons donc Jodie Holmes, qui possède en elle un entité nommée Aiden. Et c’est en la personne d’Aiden que se situera le plus grosse partie du gameplay du jeu.

beyond-two-souls,D-E-404834-22

En pressant le bouton Triangle, vous pourrez donc incarner Aiden, qui offre un peu plus de possibilités de gameplay et qui par moment aidera Jodie a se sortir de situations difficiles, voir horribles. Mais Aiden lui causera également beaucoup d’ennui et d’effroi, notamment pendant l’enface de Jodie. En prenant le contrôle d’Aiden, vous pourrez prendre le contrôle des gardes, ou les tuer (attention ces actions sont scriptées, seules les gardes en surbrillance rouge pourront être tués par exemple) mais libre à vous de décider de le faire ou non. Il est également possible de faire bouger des objets pour diverses choses, comme faire diversion.

Les différents chapitres retraduisant la vie de Jodie ne sont pas ordonnés, vous pourrez passer d’un moment où elle est adulte à un moment ou elle est enfant d’un chapitre à l’autre. Et ceci pour des raisons de scénario … mais aussi pour des raisons d’ennui, car vous remarquerez que les épisodes de l’enfance de Jodie sont moins excitants sans pour autant être inutiles.

Vous suivrez tout la jeunesse de cette jeune fille différente, rejetée, obligée de subir ce qu’elle a en elle. Vous ressentirez des émotions, de la compassion pour elle. Parfois au bord de la rupture, parfois soulagée, parfois heureuse, l’histoire est faite pour que vibriez et ressentiez les mêmes émotions que Jodie, dans cette histoire totalement dans le paranormal (parfois un peu trop).

jodie-holmes-beyond-two-souls-21502-800x600

Histoire qui tends aussi un peu vers quelques clichés (la soirée d’anniversaire, la crise d’adolescence) mais le scénario se suit bien (même avec l’entremêlement des situations) et si le joueur peut parfois se lasser de ne pas assez participer au jeu, on a hâte de connaître la suite et la fin de l’histoire. Le jeu de termine en une dizaine d’heures, avec des choix (pas assez nombreux) plus ou moins décisifs dans certains chapitres. Chacun sera rejouable depuis le menu pour pouvoir modifier ces choix (choisir de sauver intel, choisir de tuer quelqu’un d’autre …) et ainsi assister à une fin différente de la précédante. Alors quand David Cage annonce 23 fins différentes, ce sont en fait 10 groupes de plusieurs fins réparties selon les choix du joueur. Pas certain que tout le monde refasse sans cesses les chapitres pour arriver à voir toutes les fins, mais en finissant le jeu, l’émotion est là et on est heureux d’avoir suivi l’histoire triste de Jodie Holmes, une jeune fille contrainte de vivre avec une entité.

En somme nous avons donc un jeu au point graphiquement, avec des endroits très variés, des personnages très biens modélisés, un scénario palpitant et (presque) parfaitement ficelé, un personnage émouvant. Le point noir, c’est bien sûr le gameplay, les choix n’étant pas aussi déterminant que dans un Heavy Rain, et la liberté étant restreinte pas le style de jeu imposé par Quantic Dream.

Soit on apprécie, soit on n’aime pas, mais pour ceux qui n’ont jamais touché à un jeu de ce studio français si particulier je le conseille vraiment, pour vous forger un avis. Pour ceux qui ont aimé voire adoré les précédant opus de David Cage, je ne vous retiens pas. Et pour ceux qui sont allergiques à ce genre de jeu, abstenez-vous.

Verdict : 15/20

(Verdict Subjectif : 17,5/20
Je n’avais jamais touché à un jeu de Quantic Dream avant celui-ci, mais j’ai été totalement séduis et touché par cette histoire et par ce jeu. Une expérience unique et magique.)

maxresdefault

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)